La crise de la bourse française: comment COVID-19 affectera l'épargne des citoyens

Tendances générales du marché boursier 

Pour la première fois de l'histoire, une crise sanitaire a été la cause du marché boursier et a eu de telles conséquences négatives dans le monde financier. Dans un mois, le CAC 40, l'indice boursier le plus important de France, a chuté de 37% par rapport à sa valeur la plus élevée. Même avant la pandémie, le marché boursier français a connu un repli. Même après le succès relatif en novembre 2019 de l'introduction en bourse de la Française des jeux, l'opérateur national des jeux de loterie, le nombre de leurs actionnaires a légèrement dépassé les 3 millions. Bien qu'en 2006, ce chiffre atteignait 7 millions de personnes. Les portefeuilles d'actions d'investisseurs individuels ont perdu de 20% à 40% des bénéfices depuis le début de l'année. La baisse générale des marchés boursiers, à son tour, affectera la part personnelle de l'épargne des Français qu'ils ont investis en assurance-vie avec participation. Et cela représente 1,789 milliard d'euros de paiements!

Les plus gros investissements des Français 

D'août à décembre 2019, les Français ont privilégié l'investissement dans différents types de médias en assurance-vie avec participation. Selon les données fournies par la Fédération française des communautés d'assurance, le montant des investissements dans les médias représentait près de 35% de la collecte totale. Cette croissance est également due aux appels des assureurs et des banquiers à investir dans ce domaine. Ces derniers, à leur tour, ont été guidés par des taux d'intérêt bas, qui affectent les revenus du fonds.

Dès que le marché s'est effondré, les investisseurs qui ont récemment investi dans les médias ont été tentés de se réorienter vers des produits et des sociétés au capital garanti. Dans les fonds en euros, par exemple. Une telle étape permettrait de capitaliser les intérêts reçus annuellement. Mais si la crise dure longtemps, aucun secteur n'est à l'abri du fait que les gens commenceront à reprendre une partie, voire la totalité de leur épargne. Cette sortie affaiblirait certainement les assureurs. Cependant, les Français ne sont pas pressés de prendre des mesures avec leurs propres économies. Les sociétés d'investissement reconnaissent que leurs investisseurs sont plus préoccupés par leur propre santé que par leur bien-être. Il n'y a pas de panique, par exemple, qui a eu lieu en 1987.

Sans la crise mondiale, l'économie française pourrait continuer à augmenter son épargne de précaution prétendue. L'automne dernier, les montants déposés sur les comptes courants ou stockés en espèces ont atteint 603,8 milliards d'euros. Il y a dix ans, ce chiffre était presque 2 fois moins élevé selon la Banque de France. Et l'encours du livret en janvier a dépassé les 300 milliards d'euros ce qui est également un niveau record. Tout cela affecte la chute des indices boursiers.

Ralentissement économique française de la France

L’Institut National de la Statistique et des Études Economiques (INSEE) dirigé par son Président directeur général Jean-Luc Taveneux a indiqué dans le rapport que l’activité économique de l’Etat avait baissé de 35%. Bien qu'il admette qu'il n'est pas tout à fait correct de donner des estimations de ce qui se passe car elles seront « ridicules » dans la situation actuelle. Il n'y a pas de chiffres initiaux exacts qui pourraient servir de base objective aux calculs. Et les informations publiées sont encore plus pessimistes que celles que d'autres instituts de prévision pourraient fournir. Deux mois de quarantaine pour la France causeront des dégâts sans précédent - une perte de 24 points de PIB trimestriel et 6 points annuels est prévue.

Et la Banque centrale de France a publié ses propres statistiques – le PIB du pays pour le premier trimestre a chuté de 6%. C'est le pire indicateur du pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon les estimations de la Banque centrale, toutes les deux semaines de quarantaine coûtent à la France environ 1,5% du PIB et 1% du déficit public. Le coronavirus a affecté le plus l'industrie du commerce, des transports, de l'hôtellerie et de la restauration. Ensemble, tous ces industries représentent environ 55% du PIB français. Et aujourd'hui, les Français ont commencé à économiser de manière significative - leurs dépenses ont chuté de 35%. De plus, un tiers des résidents continuait de toucher des allocations de chômage et un autre tiers travaillait à distance. Après la fermeture des magasins, la demande de vêtements et de véhicules est tombée à presque zéro. Et les capacités de production du pays ne sont utilisées qu'à moitié.

Coronavirus et le secteur immobilier français 

Malgré le fait que les indicateurs économiques de tous les secteurs se dégradent fortement, l'une des niches les plus stables – l'immobilier – reste désormais «à flot». Ces dernières années, de nombreux assureurs ont proposé à leurs clients d'assurance avec participation d'investir dans des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). C'était une excellente alternative au fonds en euros, et avec des rendements plus élevés. En SCPI, les investisseurs apportent des actifs à la société de gestion. Elle, à son tour, achète la propriété qui est louée, puis les fonds collectés de la location, puis distribue le montant des dividendes des déposants sur les actions qu'ils possèdent.

 8,6 milliards d'euros est le montant record des investissements en assurance-vie que le secteur de l'immobilier et de la construction a reçu en 2019. Mais aujourd'hui, les experts, en particulier Jean-Luc Tavernier, déconseillent de faire des dépôts dans la « pierre » car les entreprises se concentrent principalement sur les centres commerciaux et les bureaux. C'est pourquoi le coronavirus peut sérieusement déstabiliser le secteur.

Bien que Frédéric Puzin, président de l'une de ces sociétés, ait déclaré qu'à l'heure actuelle, seuls 6% de leurs locataires ont indiqué qu'ils avaient des difficultés à payer et ont demandé un délai de 2 à 4 mois. Si ce taux d'intérêt fluctuait au niveau de 20%, la rentabilité de l'entreprise passerait de six pour cent prévu à 4,6-4,5%. Les autres SCPI chez lesquelles ce chiffre est déjà tombé en dessous de 4% peuvent être dans une situation très tendue.

Partagez ce post: